Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil (ouvre une nouvelle fenêtre)
Hans ROSBAUD, Donaueschinger Musiktage, 17.10.1954, extrait d'une photo du Staatsarchiv Freiburg W 134 Nr. 039524b, Sammlung Willy Pragher I: Filmnegative Baden-Württemberg, Filmnegative, Ordner 583, cliquer pour voir l'original
Hans ROSBAUD dirigeant une oeuvre de Debussy, Donaueschinger Musiktage, 18.10.1958, extrait d'une photo du Staatsarchiv Freiburg W 134, Sammlung Willy Pragher I: Filmnegative Baden-Württemberg, Archivischer Identifikator: 5-432424, cliquer pour voir l'original
Hans ROSBAUD en 1958, cliquer pour une vue agrandie
Hans ROSBAUD, date ??, photographe ??, lieu ??, cliquer pour une vue agrandie
Yvonne Loriod et Olivier Messiaen; derrière eux (chemise écossaise): Karlheinz Stockhausen, mars 1952. © Boris Lipnitzki / Studio Lipnitzki / Roger-Viollet, Numéro d'image: 674-5, Numéro d'inventaire: LIP-2243-034, cliquer pour voir l'original et ses références
Yvonne Loriod, Arthur Honegger, Arthur Hoérée (1897-1986), Paris, Ecole normale de musique, mars 1951. © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet, Numéro d'image: 73103-19, Numéro d'inventaire: LIP-2164-119, cliquer pour voir l'original et ses références
Felix Mendelssohn, partition de son Op.22, cliquer pour une vue agrandie resp. voir l'original et ses références
Felix Mendelssohn, partition de son Op.22, cliquer pour une vue agrandie resp. voir l'original et ses références
Felix Mendelssohn, partition de son Op.22, cliquer pour une vue agrandie resp. voir l'original et ses références
Kopf Bild Rosbaud 155 250
À droite, provenant du site PARISENIMAGES, Yvonne Loriod et Olivier Messiaen; derrière eux (chemise écossaise): Karlheinz Stockhausen, mars 1952 (en haut), Yvonne Loriod, Arthur Honegger, Arthur Hoérée, Paris, Ecole normale de musique, mars 1951 (en-dessous) © Roger-Violet, Boris Liptnitzi et PARISENIMAGES, utilisation autorisée dans le cadre de l’illustration de sites internet personnels à vocation non commerciale, cliquer sur les photos pour voir l'original et ses références.
Felix MENDELSSOHN
Capriccio brillant pour piano et orchestre
en si mineur, Op. 22
Yvonne LORIOD, piano
le Grand Orchestre de la Südwestfunk
Hans ROSBAUD
18 décembre 1961

Cette courte oeuvre de Mendelssohn - une durée d'une dizaine de minutes - est aujourd'hui un peu oubliée dans les salles de concert. Peut-être à cause de cette durée inhabituelle pour une oeuvre concertante avec soliste, qui - à cause de sa courte durée - se laisse mal intégrer dans un programme de concert. Et pourtant c'est une oeuvre splendide, qui mériterait d'être plus souvent jouée.

Mendelssohn compose une grande partie de cette oeuvre avant septembre 1831 (d'après la datation de son manuscript pour piano seul), et termine son orchestration huit mois plus tard, le 18 mai 1832 (d'après la datation du manuscript de la version orchestrale). Felix Mendelssohn lui-même en donne la première représentation le 25 mai 1832 à Londres.

Steve Lindeman écrit sur la position de ce Capriccio dans l'oeuvre de Mendelssohn:

"[...]The Capriccio is Mendelssohn's first attempt at a single-movement concerted work, consisting of a fast movement preceded by a slow introductory section. There is a interesting parallel to this conception with that of his concert overture, Calm Sea and Properous Voyage (Meerestille und glückliche Fahrt op. 27, 1829-35). In the overture Mendelssohn took pains to make clear that he regarded the Adadio, representig the Calm Sea, as the first of two disctinct tableaux, rather than as an introduction, leading to the subsequent fast section. This overture may thereby be seen as standing in a relationship to the symphony vaguely analogous to the Cappricio brillant's relationship to the concerto. A parallel also exists with a roughly contemporaneous work, the Rondo capriccioso. This work was conceived in 1828 as an étude, and reworked in 1830 as a present for Delphine von Schauroth, the dedicatee of the G minor Concerto. The Rondo capriccioso also consists of a lyrical Andante introduction, linked by a transition to the subsequent Presto. Todd notes the similarity between this design, "not unlike the condensed second and third movements of a concerto," and adumbrating similar procedures in the two piano concertos, the Capriccio brillant, and the Serenade and Allegro giocoso.

The influence of the Weber Konzertstueck, again, is felt in the Capriccio. Mendelssohn replicates almost exactly Weber's distinctively halting articulation of the Konzertstueck's introduction. Moreover, following a huge transition to the dominant of the relative major, the march-lite second theme (mm. 99ff.) is set off much more dramatically than in a typical concertoform movement. This creates the feeling that the music from this section (in U major) almost belongs to another movement.

This delineation is further emphasized by the fact that Mendelssohn initially scores the second theme for the orchestra alone (until m. 116), just as Weber had orchestrated the march in the Konzertstueck. This underscores the orchestra's distinct personality, far removed from that of the soloist, whose exclusive domain is the primary theme; the orchestra never formally states the primary theme, but merely accompanies the soloist's statements of it. This segregated disposition calls to mind the respective treatments of the secondary theme in both the Molto Allegro con fuoco of the G minor Concerto op. 25, and the revisions to the first movement of the E major Concerto for Two Pianos.
[...]" Cité d'après Steve Lindeman, «The works for solo instrument(s) and orchestra» dans «The Cambridge companion to Mendelssohn» de Peter Jameson Mercer-Taylor, 2004, Cambridge University Press, ISBN 0 521 82603 9 hardback, ISBN 0 521 53342 2 paperback , pages 120-121.

Logo de la Südwestfunk

Hans ROSBAUD dirige un orchestre qui a aujourd'hui - hélas - disparu comme tel, le «Großes Orchester des Südwestfunks » - le Grand Orchestre de la Südwestfunk, dont il a été le chef titulaire de sa fondation en 1946 jusqu'à son décès. En 2016 l'orchestre a fusionné avec l'Orchestre Symphonique de la Radio de Stuttgart sous le nom de «SWR Sinfonieorchester».

La soliste est Yvonne LORIOD, au piano.


D'après la discographie de Joan Evans l'enregistrement fut fait en studio le 18 décembre 1961, dans le «SWF-Musikstudio Baden-Baden» (Ref.: T 358, SWF archives: 5610685. 11.00).

Voici donc...

Felix Mendelssohn, Capriccio brillant pour piano et orchestre en si mineur, Op. 22, Yvonne Loriod, le Grand Orchestre de la Südwestfunk, Hans Rosbaud, 18 décembre 1961 (Andante - Allegro con fuoco 11:03)
que vous pouvez obtenir en...

1 fichier FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.


Felix Mendelssohn, partition de son Op.22

Felix Mendelssohn, partition de son Op.22



Felix Mendelssohn, partition de son Op.22

Felix Mendelssohn, partition de son Op.22

Licence Creative Commons