Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil (ouvre une nouvelle fenêtre)
Le Quatuor CALVET, Joseph CALVET /1er violon), Daniel GUILEVITCH (2e violon), Leon PASCAL (alto) et Paul MAS (violoncelle)
Le Quatuor GUILET dans sa formation d'origine avec David GUILET (1er violon), Jac GORODETSKY (2e violon), Frank BRIEFF (alto) et Lucien Kirch LAPORTE (violoncelle)
David GUILET (1er violon) et Jac GORODETSKY (2e violon)
Recto de la pochette du disque MMS-89, édition française, cliquer pour une vue agrandie
Recto de la pochette du disque MMS-89, édition américaine, cliquer pour une vue agrandie
Étiquette recto du disque MMS-89, édition française, cliquer pour une vue agrandie
Étiquette verso du disque MMS-89, édition française, cliquer pour une vue agrandie
Kopf Bild Guilet David 155 250
À gauche: le Quatuor CALVET, Joseph CALVET (1er violon), Daniel GUILEVITCH (2e violon), Leon PASCAL (alto) et Paul MAS (violoncelle)
En-dessous le Quatuor GUILET dans sa formation d'origine avec David GUILET (1er violon), Jac GORODETSKY (2e violon), Frank BRIEFF (alto) et Lucien Kirch LAPORTE (violoncelle), et détail avec Daniel GUILET et Jac GORODETSKY
Bela BARTOK
Quatuor à cordes No 4 en ut majeur, Sz 91
Quatuor GUILET
Daniel GUILET, Jac GORODETSKY, 1er et 2e violon
Frank BRIEFF, alto, Lucien Kir(s)ch LAPORTE, violoncelle
MMS-89, (P) 1947

Ce quatuor fut composé à Budapest de juillet à septembre 1928, il est dédié au Quatuor Pro Arte. La première audition date du 20 mars 1929, à Budapest par le quatuor Waldbauer-Kerpely.

Le texte publié au verso de la pochette du disque MMS-89 - édition française - a été traduit par ?? d'un texte en anglais de Tibor SERLY (voir au bas de cette page pour le texte en anglais)

"[...] On dit que lorsque Ravel entendit le 2e Quatuor à cordes de Bartok, il fut tellement impressionné qu’il le déclara «continuation logique des derniers quatuors de Beethoven». Ceci se passait en 1917. La grande influence exercée par ces mots sur l’écriture pour cordes pendant les dix années qui suivirent se fit sentir non seulement en Europe mais aussi aux États-Unis. Le développement propre de Bartok n’en continua pas moins. Dans son 3e Quatuor, écrit en 1927, il emploiera une technique entièrement nouvelle qui est tellement personnelle qu’elle demande une beaucoup plus grande compréhension de la part de l’interprète. Toutefois, Bartok atteint son but dans le 4e Quatuor, la parfaite maîtrise de l’articulation contrapuntique dans un monde de sons nouveaux.

Le Quatuor n° 4 (1928) débute par un allegro en ut, écrit dans une forme conventionnelle de sonate. Les deux thèmes traditionnels nous apparaissent, mais esquissés, plus comparables à des sujets de fugue, et sont traités purement en contrepoint. Des imitations sont introduites en demi-tons, tons, quintes, septièmes ou octaves augmentées ou diminuées. L’éclosion des deux thèmes en forme mélodique du dernier mouvement est inhabituelle. Mais, en un sens, le premier mouvement sert d’introduction.

Le 2e mouvement, prestissimo en mi, est un petit scherzando bizarre, joué entièrement par des cordes en sourdines. Comme dans le scherzo classique, nous trouvons la forme mélodique habituelle plus un trio.

Le 3e mouvement, non troppo lento en la, et de caractère homophonique, offre un contraste complet avec la manière contrapuntique des autres mouvements. Le violoncelle chante une mélodie éloquente soutenue par des accords improvisés librement à la façon des parlando hongrois, dont l’un nous rappelle le Tarogato, instrument en roseau qui ressemble comme sonorité à la clarinette basse, utilisé par les orchestres tziganes hongrois. L’accompagnement disparaît alors tandis que le 1er violon imitant les trilles d’une flûte devient plus agité. Le 2e violon reprend la mélodie, l’accompagnement poursuit son rythme déchaîné. La mélodie du violoncelle retrouve son allure primitive mais cette fois le 1er violon ajoute sa voix comme en un duo. Les trilles du violon terminent le mouvement.

Le 4e mouvement, allegretto en la bémol, est un charmant petit pizzicato dans la forme d’un menuet stylisé. Depuis le célèbre pizzicato de la 4e Symphonie de Tchaikovsky, rien de ce genre n’avait été écrit pour les cordes.

Le 5e et dernier mouvement, allegro en ut, est peut-être le plus typiquement «Bartok». Dès 1911, dans son allegro barbaro pour piano, ce genre de danse primitive asiatique de la puissance masculine est établi. Le finale est une exposition thématique plus étudiée de la matière utilisée dans le 1er mouvement. Le 2e thème du 1er mouvement devient la mélodie principale du dernier, mais cette fois dans sa forme complète. Plus tard, le sujet en forme de fugue du 1er mouvement réapparaîtra comme un contre sujet avec un thème entièrement nouveau. Les deux sont traités en fugue. Suit une récapitulation modifiée des 1er et 2e thèmes; le quatuor se termine par les deux mêmes mesures avec lesquelles il a débuté. [...]" cité d'un texte de Tibor SERLY publié au verso de l'édition française du MMS-89 dans une traduction de ??


Le quatuor No 4 de Bela BARTOK est ici interprété par le Quatuor GUILET dans sa formation d'origine, avec Daniel GUILET, 1er violon, Jac GORODETSKY, 2e violon, Frank BRIEFF, alto, et Lucien Kirch LAPORTE, violoncelle. L'enregistrement a été fait pour Concert Hall à New York et fut publié en août 1947 [*] sur 78 tours Concert Hall CH-A8 et 33 tours Concert Hall CHC-9. Il parait ensuite sur le 33 tours 10" MMS-89 - avec Contrastes pour clarinette, violon et piano, Sz 111, Daniel Guilet, violon, Herbert Tichman, clarinette, Ruth Budnevich, piano, complétant le verso du disque.

(*) date donnée par John HUNT dans sa discographie Concert Hall

Les deux disques à ma disposition pour cette restauration viennent de la collection de Stefan KRAMER, que je remercie pour sa générosité. Comme d'habitude, j'ai fait cette restauration avec l'excellent ClickRepair.

Voici donc...

Bela Bartok, Quatuor à cordes No 4 en ut majeur, Sz 91, Quatuor Guilet (Daniel Guilet, 1er violon, Jac Gorodetsky, 2e violon, Frank Brieff, alto, Lucien Kir(s)ch Laporte, violoncelle), MMS-89, (P) 1947

1. Allegro                      06:00
2. Prestissimo, con sordino     03:19
3. Non troppo lento             06:41
4. Allegretto pizzicato         02:50
5. Allegro molto                05:51
que vous pouvez obtenir en...
pour un téléchargement libre, depuis mon site

5 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.


Recto de la pochette du disque MMS-89, édition française

Recto de la pochette du disque MMS-89, édition française



Recto de la pochette du disque MMS-89, édition américaine

Recto de la pochette du disque MMS-89, édition américaine



Étiquette recto du disque MMS-89, édition française

Étiquette recto du disque MMS-89, édition française



Étiquette verso du disque MMS-89, édition française

Étiquette verso du disque MMS-89, édition française



MMS 89 Verso EN Extrait
Extrait du verso de la pochette du disque MMS-89, édition américaine