Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil (ouvre une nouvelle fenêtre)
Igor MARKEVITCH, mai 1936, Paris, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, PARISENIMAGES, cliquer pour voir l'original
Igor MARKEVITCH, juin 1948, Paris, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, PARISENIMAGES, cliquer pour voir l'original
Igor MARKEVITCH, octobre 1957, Paris, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, PARISENIMAGES, cliquer pour voir l'original
Igor MARKEVITCH, mai 1936, Paris, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, PARISENIMAGES, cliquer pour voir l'original
Igor MARKEVITCH, juin 1948, Paris, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, PARISENIMAGES, cliquer pour voir l'original
Igor MARKEVITCH, octobre 1957, Paris, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, PARISENIMAGES, cliquer pour voir l'original
Peter Tschaikowsky, cliquer pour une vue agrandie
Kopf Bild Markevitch 155 250
Peter TSCHAIKOWSKI
Symphonie No 6 en si mineur, Op. 74
Orchestre National de la Radiodiffusion Française
Igor MARKEVITCH
25.09.1958, Salle du Pavillon, Montreux

Cette symphonie est la dernière composée par Peter Tschaikowski, et la première de l'histoire de la musique à se terminer par un mouvement lent - un Adagio lamentoso - si l'on fait exception de la Symphonie no 45 "Les Adieux" de Haydn qui se termine aussi par un Adagio, mais pour une toute autre raison. Ceci renforce encore le côté pathétique de l'oeuvre et son sentiment de désespoir.

D'après la correspondance qu'a laissé Peter Tschaikowski, l'idée de cette composition lui est venu en décembre 1892. En février 1893 il écrit en effet dans une lettre à son neveu Vladimir Davydov (futur dédicataire de la partition) "[...] Durant mon séjour à Paris, en décembre, l'idée m'est venue de composer une symphonie à programme, ledit programme n'étant pas dévoilé aux auditeurs: qu'ils essaient donc de deviner ce que j'ai voulu dire! [...] Ce programme est tellement subjectif que plusieurs fois j'ai pleuré, en y pensant lors de mon voyage de retour [...].
À peine arrivé je me suis mis au travail avec tant d’ardeur et d’énergie qu’au bout de quatre jours tout le premier mouvement était rédigé, et les autres mentalement ébauchés. Je viens de terminer la première moitié du troisième mouvement. Il y aura des innovations de forme dans ma symphonie; ainsi le final ne sera pas un bruyant Allegro, mais un long Adagio [...]"

Peter Tschaikowski n'a jamais commenté beaucoup plus le programme de cette symphonie. Le sous-titre de "Pathétique" lui a toutefois été donné par le compositeur lui-même, écrit de sa main sur la partition, avec la dédicace à son neveu. Peter Tschaikowski dirigea lui-même la première audition, à Saint-Pétersbourg le 28 octobre 1893, un peu plus d'une semaine avant son décès.

Une courte description citée de ce programme d'un concert de l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise:

"[...] Le premier mouvement donne l’impression d’un poème symphonique où chaque événement découle des précédents. La mélopée initiale du basson, plainte immémoriale et, plus loin, la citation par les cuivres, d’un motif de l’office des morts orthodoxe, fixent le cadre - du berceau à la tombe - avec, entre temps, des élans de joie, de passion, de terreur.
Le deuxième mouvement, très léger, est une valse qui va de l’avant sans jamais pouvoir se poser à cause de son rythme impair à cinq temps.
Le troisième, vif, aérien, irrésistible, rebondissant sans cesse, a des allures de marche tour à tour festive ou caricaturale, vanité du triomphe et de l’ivresse. Sur cette lancée, le final acquiert tout le relief d'une sombre et intime catastrophe.[...]"

Logo de la Radio Suisse Romande

Septembre musical Montreux 1958 Markevitch 25 09 1958 a
Lors du Septembre Musical de Montreux 1958 Igor MARKEVITCH dirigeait l'Orchestre National de la RadioDiffusion Française. Au programme de ce concert du 25 septembre:

- Carl Maria von Weber, Ouverture de l'opéra «Le Freischuetz»
- Johannes Brahms, Concerto No 1 Op. 15, Claudio ARRAU
- Peter Tschaikowski, Symphonie No 6
- Manuel De Falla, Trois Danses du Tricorne

Le concert fut diffusé en direct sur l'émetteur du Monte-Ceneri (ref.: Gazette de Lausanne, 25.9.1958, page 3), puis en différé le lundi 29 septembre sur France III (ref.: Gazette de Lausanne, 29.9.1958, page 3).

Voici donc...

Peter Tschaikowski, Symphonie No 6 en si mineur, Op. 74, Orchestre National de la Radiodiffusion Française, , Igor Markevitch, 25.09.1958, Salle du Pavillon, Montreux

01. Adagio - Allegro non troppo     18:17 (-> 18:17)
02. Allegro con grazia              07:09 (-> 25:26)
03. Allegro molto vivace            08:53 (-> 34:19)
04. Finale. Adagio lamentoso        09:17 (-> 43:36)
Provenance: Radiodiffusion, Radio Suisse Romande
que vous pouvez obtenir en...
pour un téléchargement libre, depuis mon site

4 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

Tschaikowski Peter photo
Peter TSCHAIKOWSKI
photographe ??, date ??
Un portrait très connu, mais je n'arrive pas à retrouver ses coordonnées exactes: si une personne visitant cette page devait en savoir plus, toutes informations m'intéressent -> Vos remarques!