Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Suisse (CC BY-NC-ND 2.5 CH)*** *** NonCommercial - NoDerivs 2.5 Switzerland (CC BY-NC-ND 2.5 CH) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil (ouvre une nouvelle fenêtre)
Arien gesungen von Teresa STICH-RANDALL, 2. Folge
Vue agrandie (ouvre une nouvelle fenêtre) de l'étiquette 1ère face du disque Telefunken TW 30 055
Vue agrandie (ouvre une nouvelle fenêtre) des textes
Kopf Bild Illustration manquante Leo 155 250
Wolfgang Amadeus MOZART
Trois airs extraits des KV 620 et KV 366
Teresa STICH-RANDALL, Orchestre du Théâtre
des Champs-Élysées de Paris, André JOUVE
octobre 1954, 25 cm Telefunken TW 30 055
1. Air "Ach, ich fühl's" du 2e acte de la Flûte enchantée
2. Air "Se il padre perdei" du 2e acte de Idoménée
3. Air "Zeffiretti lusinghieri" du 3e acte de Idoménée
"Ach, ich fühl’s, es ist verschwunden!" - soit littéralement "Ah, je le sens, elle est évanouie!" - est un air trés connu de l'opéra "La Flûte enchantée" que chante Pamina, la fille de la Reine de la Nuit, exprimant sa tristesse: Tamino a refusé de lui adresser la parole, elle ne sait pas pourquoi, elle pense donc qu'il ne l'aime plus. Elle ne sait pas que Tamino doit passer l'épreuve du silence, qu'il n'est pas autorisé à parler aux femmes, donc pas à Pamina (texte de l'air à gauche).

Vient ensuite un air de l'opéra Idoménée: dans l'acte II Ilia témoigne à Idoménée sa joie de le voir de retour et la reconnaissance qu’elle éprouve envers Idamante de lui avoir rendu sa liberté. Elle a perdu son père, mais en a trouvé un nouveau en la personne du roi de Crète: l'air No 11, air d’Ilia «Se il padre perdei, la patria, il riposo». "[...] Il traduit la richesse psychologique du personnage par une mobilité remarquable de l’orchestration (avec flûte, hautbois, basson et cor concertants), du rythme, du chant (du quasi déclamé aux mélismes les plus aériens) et de l’harmonie (avec des dissonances troublantes) [...]" (citation extraite d'un programme publié par l'Opéra de Lyon pour une série de représentations données en 2006) (texte de l'air à gauche)

Et pour terminer ce petit disque 25 cm un autre air d'Idoménée: dans le tableau 1 de l'acte III - dans le jardin du palais royal - Ilia confie aux Zéphyrs un message d’amour pour son bien-aimé, tout en luttant contre ses sentiments: l'air No 19, air d’Ilia «Zeffiretti lusinghieri». "[...] semble à première vue plus anodin que [l'air «Se il padre perdei, la patria, il riposo»], avec sa forme da capo, mais la brève partie centrale atteint des sommets de douleur contenue. [...]" (citation extraite d'un programme publié par l'Opéra de Lyon pour une série de représentations données en 2006) (texte de l'air à gauche)
Teresa STICH-RANDALL est accompagnée par l'Orchestre du Théâtre des Champs-Élysées de Paris placé sous la direction de André JOUVE, des airs très probablement enregistrés entre les 4 et 6 octobre 1954: la première parution a lieu sur les disques London Ducretet Thomson DTL 93075 et Ducretet Thomson 320 C 056 - tels que mentionnés dans le 3e supplément du WERM, pages 301 à 306 - avec divers autres airs. Ces disques paraissent au plus tard début 1955, une parution étant par exemple mentionnée dans la revue The Gramophone de juin 1955, en page 4.

Le disque utilisé pour cette restauration est une réédition parue peu après sur le disque 25 cm Telefunken TW 30 055 (photo à gauche): il s'agit du deuxième disque d'une paire de disques 25 cm Telefunken, provenant de la collection de Harry Schultz (Dortmunder Theatersammlung: pour son adresse électronique et une présentation de sa collection voir la page Contact/Impressum), qui l'a numérisé et mis le fichier à ma disposition pour le restaurer: je le remercie chaleureusement pour sa générosité!
Trois des sept airs ont été réédités sur ce disque Telefunken: pour les quatre airs restants voir cette page.

Voici donc...

Wolfgang Amadeus Mozart, Trois airs extraits des KV 620 et KV 366, Teresa Stich-Randall, Orchestre du Théâtre des Champs-Élysées de Paris, André Jouve, octobre 1954, 25 cm Telefunken TW 30 055

1. Air "Ach, ich fühl's" du 2e acte de la Flûte enchantée, KV 620 04:28
2. Air "Se il padre perdei" du 2e acte de Idoménée, roi de Crète, KV 366 06:50
3 .Air "Zeffiretti lusinghieri" du 3e acte de Idoménée, roi de Crète, KV 366 07:45

que je vous offre et que vous pouvez obtenir en...
pour un téléchargement libre, depuis mon site
pour un téléchargement sur Filefactory.

Telefunken TW 30 055 -> MP3 320 kbps -> WAV -> léger à moyen DeClick avec ClickRepair, des réparations manuelles  -> FLAC

3 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE
(*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*)1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.